Viendez broder chez MoOoN

samedi 28 avril 2007

Ma Joconde

Inspirée par un concours, j'ai décidé de me lancer dans une interprétation personnelle pleine de liberté de Mona Lisa, en réutilisant des savoirs récemment acquis : ceux du Baltimore, de l'appliqué en relief (mes articles à ce sujet : 1, 2, 3 et 4).

(Pour la suite, cliquer sur l'image miniature pour voir la grande.)

Travail préparatoire

J'ai cherché sur internet une photo de la toile originale, je l'ai imprimée de façon à avoir une Joconde d'environ 10 sur 16 cm. Avec une feuille de calque, j'ai relevé les contours et les traits marquants puis j'en ai déduit les éléments qu'il me faudrait pour réaliser mon appliqué : le visage, les cheveux, le cou, la "robe", les mains, la sorte d'écharpe sur son épaule gauche. J'ai préparé ses éléments en carton en tenant compte des possibles superpositions puis je les ai disposé pour savoir dans quel ordre les broder.

Pour les tissus, j'ai choisi parmi la gamme réunie la dernière fois, des tons oranges donc. Il me fallait 3 tissus : un pour la robe, un pour les cheveux et un pour la "peau". J'ai découpé les pièces à la forme des patrons de carton avec une marge. J'ai faufilé chaque pièce de tissu sur son patron façon saucisson pour les maintenir le temps de les repasser (pour leur faire prendre la forme souhaitée).

Une fois les pièces de tissu préparées, je les ai placées sur le modèle initial pour m'assurer que les superpositions et croisements correspondaient.

J'ai tracé sur ma toile de fond Mona Lisa, son cadre, ainsi que les lignes du quiltage final.

Assemblage

J'ai tout d'abord fixé la partie de l'écharpe se trouvant derrière la robe.

La première pièce à appliquer est la robe.

Le cou et les cheveux s'entrecroisent, il faut en tenir compte au moment de l'application. Je n'ai pas entièrement fixé les cheveux afin de pouvoir correctement placé le cou.

Pour vérifier le placement le visage, j'ai placé le calque au dessus de mon ouvrage. J'ai ensuite fixé l'écharpe à petits points.

Pour finir l'application, voici les mains qui cachent et fixent le bas de l'écharpe.

J'ai ajouté quelques points pour mieux définir le dessin ou marquer des traits non apparents : les bras, le buste, la jointure entre cou et décolleté, le bord du voile sur ses cheveux et surtout son sourire.

Matelassage

Le sandwich est simple : un tissu de fond, une couche de molleton et mon toile d'appliqué. J'ai d'abord quilté le cadre du tableau.

J'ai replié le molleton de façon à doubler son épaisseur sur la partie entourant le tableau. J'ai faufilé le molleton pour le maintenir le temps de replacer correctement à plat la toile puis de faire une sorte d'ourlet avec le tissu de fond.

A partir de là, il n'y a plus qu'à quilter selon les lignes bleues.

Finalisation

Quand tout est fait, il suffit de nettoyer les tracés avec de l'eau et tadam! c'est fini.


edit du 9 mai 2007 : J'ai fini deuxième

mercredi 25 avril 2007

Mais si je brode !

C'est juste que je ne prépare que des cadeaux ou des surprise, par conséquence, je ne peux rien montrer. Ou alors juste des broutilles ...

samedi 14 avril 2007

Jeune con !

c'est pas moi, c'est le papi qui le dit !

En échange, j'ai reçu un ouvrage de perdition de la part de Maldoror :

jeudi 12 avril 2007

des fleurs pour Maman

J'ai brodé des fleurs pour Maman, des fleurs en coton sur du lin.

J'ai tracé le patron d'un dé au feutre effaçable, puis j'ai brodé les bordures en point arrière :

J'ai ensuite placé mes fleurs et l'initiale de Maman :

Assemblé, cela fait un dé de fleurs intemporelles :


Ca commence à se voir

vendredi 6 avril 2007

Le printemps sur ma toile

Le printemps venant, j'ai fait quelques fleurs :

Le centre est en point de satin, des points de poste forment les pétales, un point roman vrillé dessine la tige et les feuilles sont des points de bouclette.

La fleur est faite avec des points lancés, un point de noeud marque le centre, les feuilles sont faites au point roman (fly stitch, parfois traduit "point de mouche").

La rose est faite à la méthode du ruban, les bordures sont des points de feston.

La rose est faite avec des points de postes, les pétales sont des points de bouclette.

Chaque pétale est une superposition de cinq points lancés, des points de noeud forment le coeur, de courts points lancés marquent les pétales.

jeudi 5 avril 2007

Bilan de 2006

Comme vient de le faire Lutine, j'ai réuni une illustration de mes travaux finis en 2006.

Et en fait, je n'ai pas tant chômé (une vingtaine de porte clefs), même si ma liste de projets n'a pas vraiment avancé :